3 décembre 2017

AGIR

Pour recueillir votre avis ou vos propositions alternatives au projet Neyrpic, une enquête publique est en cours.

Les pièces du dossier sont consultables en mairie de St Martin d’Hères du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h  – 111 av. Ambroise Croizat. Elles peuvent également être consultées et téléchargées sur sur cette page.

Date limite

Toutes les contributions doivent parvenir au commissaire enquêteur avant vendredi 22 décembre à 19h.

Qui peut répondre ?

Il n’est pas obligatoire d’habiter Saint-Martin-d’Hères pour répondre au projet, toute personne qui le souhaite peut écrire au commissaire enquêteur.

En tant que centre commercial avec une zone de chalandise de plus d’un million d’habitants, le projet Neyrpic impactera plus loin que la simple agglomération, en terme de circulation avec la pollution qui en résulte ainsi qu’en termes d’équilibre du territoire.

Comment répondre ?

  • Il existe plusieurs façons de faire connaitre son avis au Commissaire enquêteur :
    • en envoyant un mail à : neyrpic@saintmartindheres.fr (en envoyant une copie si vous le souhaitez à notre adresse contact@collectif-neyrpic.info)
    • en écrivant directement sur le registre d’enquête publique en mairie de St Martin d’Hères
    • en écrivant un document qu’on envoie ou qu’on remet en mairie, à destination du commissaire enquêteur, qui l’agrafera dans le registre. Mairie de Saint-Martin-d’Hères – à l’attention de M. le commissaire enquêteur – 111 avenue Ambroise Croizat – CS 50007 – 38400 Saint Martin d’Hères. Il est également possible de lui remettre directement lors d’une de ses permanences.

Les contributions envoyées par mail au commissaire enquêteur sont publiées sur le site de l’enquête publique. Vous pouvez demander que votre nom n’apparaisse pas avec ce que vous avez écrit.

Permanences du commissaire enquêteur

Le commissaire enquêteur accueillera le public en mairie :

  • mardi 21 novembre de 9h à 12h
  • mercredi 6 décembre de 15h à 18h
  • samedi 16 décembre de 9h à 12h
  • vendredi 22 décembre de 16h à 19h

Quel contenu ?

Que vous souhaitiez écrire quelques lignes ou plusieurs pages, parler d’un sujet précis ou de l’ensemble du projet, tout est possible pour répondre à l’enquête publique. Et si vous êtes en manque d’inspiration, n’hésitez pas à aller faire un tour sur nos propositions, où listons des alternatives possibles au projet et sur les dernières actualités où nous publions des contributions qui nous ont été envoyées en copie.

Voici quelques arguments que vous pouvez reprendre, approfondir, illustrer,…

SANTE

A côté du pôle santé où sont soignés de nombreux patients et où naissent beaucoup d’enfants, le projet Neyrpic ferait augmenter le volume de voitures et de camions, de l’ordre de 10 000 de plus par jour, et donc la pollution autour de l’avenue Péri, une des polluées de l’agglo.

Ces véhicules emprunteraient l’avenue Péri sur toute sa longueur ainsi que la rocade, dégradant la qualité de l’air de l’ensemble de l’agglo. Alors que la réglementation de la région urbaine (SCOT) insiste sur la nécessité de réduire fortement la circulation automobile.

Les sols contiennent de nombreux polluants provenant des diverses activités industrielles de ce site. L’étude d’impact ne donne aucun résultat de mesure de concentration en produits toxiques dans les sols. Il est simplement prévu de bétonner en totalité les 4,5 ha pour « cacher les polluants sous le tapis ». Ailleurs il est annoncé que des mesures seront refaites avant le début des travaux et qu’un plan de gestion sera élaboré. Pourquoi ne pas l’avoir fait avant cette enquête publique ? Cette façon d’évacuer les questions et le danger révèle un état d’esprit du promoteur qui a de quoi inquiéter !

COMMERCES

L’installation d’un centre commercial de cette ampleur (une centaine de commerces) va provoquer une forte diminution du commerce de proximité, déjà en difficulté, et du coup, la dévitalisation des quartiers.

Alors que la réglementation de la région urbaine (SCOT) insiste justement sur la nécessité d’équilibrer les territoires, en particulier en termes de commerce, en arrêtant d’en ajouter là où il est déjà concentré. Pour réduire les déplacements, il faut maintenant développer en priorité le commerce de proximité, ce qui correspond de plus en plus à la demande des habitants.

Nous ne sommes pas que des consommateurs et notre pouvoir d’achat ne grandit pas avec le nombre de magasins !

EMPLOI

Pour le même chiffre d’affaires, il y a nettement plus d’emplois dans le commerce de proximité que dans un centre commercial. Pour ceux qui cherchent un emploi, il est annoncé 800 emplois alors que Grand Place, avec le même nombre de magasins, n’en a que 650. Les commerces qui se déplaceraient à Neyrpic viendraient avec leur personnel, les autres créeraient de la concurrence et donc des pertes d’emploi ailleurs. Pas sûr que le solde soit positif.

UNIVERSITE ET INNOVATION

Cet espace était naturellement identifié comme une zone d’innovation, du fait de sa proximité avec l’université. Il serait nécessaire d’y réserver des lieux au développement de jeunes entreprises, au transfert de technologies, à des interfaces entre chercheurs et citoyens.

Il est indispensable de développer un projet d’ensemble qui donne une orientation à ce site, s’appuyant sur les richesses locales, comme un pôle de transition écologique, de montagne, avec la dimension internationale de brassage culturel au campus et dans la ville.

CITOYENS ET VIE SOCIO-CULTURELLE

Le terrain Neyrpic, qui aurait dû être en partie un espace public et offrir des services au public, serait entièrement privatisé et seul le promoteur déciderait des animations, culturelles, sociales ou sportives, qui pourraient s’y tenir.

Sur ce site bien desservi, il manque une vraie mairie fonctionnelle, des équipements publics dignes d’une ville de 38 000 habitants (comme médiathèque, crèche, école de musique, espaces de création artistique…), ateliers-boutiques d’artisanat et de production agricole locale,…